Journée internationale de l’alphabétisation 2019 : À quand un plan et des ressources suffisantes pour lutter contre l’analphabétisme?

MONTRÉAL, le 6 sept. 2019 /CNW Telbec/ – Le saviez-vous? Plus d’un million d’adultes québécois ont de grandes difficultés à lire et à écrire. À l’occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation, qui se tiendra ce dimanche 8 septembre, le Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ) insiste sur la nécessité que nous nous donnions collectivement une stratégie nationale pour lutter contre l’analphabétisme accompagnée des ressources suffisantes pour y arriver. Le RGPAQ tient aussi à rappeler que, partout au Québec, des groupes d’alphabétisation populaire sont présents pour accompagner au quotidien les adultes peu alphabétisés dans une démarche d’apprentissage qui leur permettra de renouer avec l’écrit et de gagner en autonomie.

« La vaste majorité des adultes peu alphabétisés que nous accueillons au sein de notre réseau a connu un cheminement scolaire parsemé d’embûches et l’idée de retourner sur les bancs d’école les rebute. Les organismes d’alphabétisation populaire ont donc développé, au cours des 50 dernières années, une approche de formation non formelle respectueuse des objectifs de ces adultes et qui tient compte de la réalité passée et présente de ceux-ci » précise Christian Pelletier, coordonnateur du RGPAQ. Une des forces de la démarche proposée par les organismes membres du RGPAQ est qu’elle s’adapte aux besoins des adultes. Ces groupes leur offrent également un milieu de vie dans lequel les adultes vivent des expériences qui leur permettent de reprendre du pouvoir sur leur vie.

En plus de travailler directement avec les adultes peu alphabétisés, les organismes d’alphabétisation populaire se sont donné pour mission de sensibiliser et de mobiliser leur communauté autour des enjeux de l’analphabétisme et des difficultés rencontrées par ces adultes. Le problème et ses effets sur les individus, leur famille et l’ensemble de la société sont encore trop peu connus ou mal compris, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’adoption de politiques et de plans d’action pour les contrer. « On dirait que le problème de l’analphabétisme n’est pas pris suffisamment au sérieux. S’il l’était, il y a longtemps que l’État aurait investi les sommes nécessaires pour relever le défi et qu’il aurait convié les acteurs concernés pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie nationale de lutte à l’analphabétisme réclamée par bon nombre d’organisations de la société civile, y compris le RGPAQ et ses membres! » s’exclame monsieur Pelletier.

Pour le RGPAQ, lutter efficacement contre l’analphabétisme doit se traduire par la mise en place à long terme de mesures structurantes et cohérentes reposant sur une connaissance et une vision globales du problème de l’analphabétisme au Québec. Cette lutte passe aussi inévitablement par l’amélioration des conditions de vie et d’exercice des droits des personnes. « Agir sur tous les fronts de la petite enfance à l’âge adulte, reconnaître et soutenir l’expertise développée par les différents acteurs sur le terrain, dont celle des groupes d’alphabétisation populaire, soutenir les adultes dans leur démarche et améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs enfants… Voilà quelques éléments clés d’une stratégie que le Québec doit impérativement se donner! » conclut le coordonnateur du Regroupement.

À propos du RGPAQ : Le RGPAQ représente 76 organismes d’alphabétisation populaire. Il est voué à la promotion et au développement de l’alphabétisation populaire et des groupes populaires d’alphabétisation ainsi qu’à la défense collective des droits des adultes peu alphabétisés. Il partage avec l’ensemble du mouvement de l’action communautaire autonome la vision d’une société juste, égalitaire et démocratique. Il est l’un des membres fondateurs du Réseau de lutte à l’analphabétisme.

SOURCE REGROUPEMENT DES GROUPES POPULAIRES EN ALPHABETISATION DU QUEBEC

Partager